Le présent rapport résume le nombre et le montant des aires protégées* telles que gérées présentement par les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux. On différencie maintenant les aires de conservation terrestres et marines. Il est à noter que l’eau douce demeure liée au biôme terrestre pour le moment. Le territoire terrestre du Canada couvre 10,1 millions de kilomètres carrés. Le territoire maritime du Canada, défini par la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (UNCLOS), inclue les eaux intérieures, la mer territoriale et la zone économique exclusive, et couvre un total de 5,6 millions de kilomètres carrés.

Lisez les notes sur la publication et les limites d’utilisation des données.

Les rapports du SRSAC

Français
(Les données sont à jour en date du 31 décembre 2016)

English
(Les données sont à jour en date du 31 décembre 2016)

Notes explicatives et avis légaux:

Nous nous sommes efforcés de fournir des données à jour pour chacune des juridictions. Toutefois, les changements sur le terrain sont fréquents et nous ne pouvons garantir l’exactitude des totaux. Par ailleurs,l’équipe de projet veille à maintenir un dialogue constant avec chacun des fournisseurs de données. A mesure que nous perfectionnerons le système, l’exactitude des données s’améliorera. Vous pouvez contacter chacune des juridictions vous avez des questions ou incertitudes.

La méthode mise en œuvre ici est unique en ce sens que chacune des juridictions fournit ses bases de données géospatiales sur les aires protégées (en tenant compte de la confidentialité de certaines données). Ces bases de données sont ensuite assemblées et les statistiques sont calculées sur la compilation nationale. Pour ces raisons, entre autres, les résultats présentés ici ne correspondent pas nécessairement aux valeurs publiés antérieurement. Nous espérons que cette méthode transparente et renouvelable assurera un produit national plus rigoureux.

* Le Canada est signataire de la Convention sur la biodiversité biologique (CDB), un traité international qui exige entre autre de faire rapport sur les aires protégées. Par conséquent, le CCAE se conforme à la définition des aires protégées telle que préconisée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et ne fait rapport que sur les aires protégées se conformant à cette définition. Cette dernière, selon les lignes directrices de l’UICN pour l’application des catégories de gestion pour les aires protégées, se lit comme suit :

Une aire protégée est : « Un espace géographique clairement défini, reconnu, consacré et géré, par tout moyen efficace, juridique ou autre, afin d’assurer à long terme la conservation de la nature ainsi que les services écosystémiques et les valeurs culturelles qui lui sont associés ».
Veuillez contacter l’équipe technique du projet (SRSAC) via le lien du secrétariat du CCAE si vous avez des questions, préoccupations ou simplement des commentaires.